où l'homme et l'arbre se confondent

Pour rejoindre Nguéniène, il faut traverser Mbour et Sally, continuer sur la ligne droite le long de la côté vers le Sud, dépasser les hôtels à l’abandon, délaissés par les touristes. 

« Aux gendarmes, tourner à gauche. » 

Continuer tout droit, rouler sur la bande d’asphalte balayée par le vent, caressée par le sable.

Observer l’horizon, où l’homme et l’arbre se confondent.

Le marché aux bestiaux est l’un des plus vastes de la région, des centaines de marchands viennent avec leur bestiaux, leur troupeaux, parfois après des jours de voyage. Nous disparaissons avec eux dans la poussière, les pieds dans le sable et le crottin, une nuée d’enfants pour guide.